Une thérapie pour vaincre la paralysie?

0
832

Des rats paraplégiques apprennent à remarcher

La revue Nature Neuroscience a publié le 19 mars 2018 les travaux  réalisés par l’EPFL  (École polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse) sur le développement de nouvelles connexions neuronales par thérapie.

Les scientifiques ont réussi à déceler une zone spécifique du tronc cérébral, la formation réticulée, zone clé du rétablissement.

Pour cela ils ont utilisé des technologies de pointe (optogénétique et la chimiogénétique) sur des rats transgéniques qui leur ont permis d’activer et de désactiver des circuits cérébraux du cerveau et du tronc cérébral pour en étudier leurs fonctions.

A l’aide d’un microscope à « feuilles lumineuses » et d’images  en 3D, ils ont observé, par transparence, les connexions neuronales au travers du cerveau et de la moelle épinière des sujets sains.

Création de nouvelles connexions cérébrales pour vaincre la paralysie

Ils ont ainsi pu comprendre la réorganisation des connexions chez les rats paralysés : celle-ci se produit au-dessus de la lésion et active des nouvelles voies de connexion. Les connexions s’établissent entre le cortex moteur et le tronc cérébral et entre le tronc cérébral et la moelle épinière.

Mais la guérison n’est pas spontanée, les scientifiques ont combiné :

–  une stimulation électrochimique c’est-à-dire une injection de produits pharmaceutiques et une stimulation électrique en –dessous de la lésion pour activer les muscles des jambes

– une physiothérapie: les rats étaient soutenus par un harnais, robot « intelligent », qui allège le poids du corps pour permettre la marche volontaire

A l’issue de ces travaux, les cobayes ont retrouvé l’usage de la marche sans stimulation électrochimique ni soutien du harnais.

Cette étude a démontré la possibilité du cerveau de réacheminer les commandes motrices par la création de connexions nouvelles.

Cette thérapie prometteuse est actuellement testée chez des personnes atteintes de lésions au niveau de la moelle épinière au Centre universitaire vaudois (CHUV).

AUCUN COMMENTAIRE