En état végétatif chronique depuis 15 ans, un patient recouvre un état de conscience par electro-stimulation!

0
2285

Un espoir pour les personnes en état végétatif chronique et leurs familles…

La revue en ligne  « Curent Biology » a publié le 25 septembre 2017 une étude réalisée par les équipes du CNRS Université de Lyon et les Hospices civils de Lyon qui a permis à un patient en état végétatif depuis 15 ans de récupérer  un état de conscience minimale.

Qu’est-ce que l’état végétatif ?

À la suite d’un traumatisme crânien, d’un AVC ou d’un infarctus, certaines personnes auront de graves lésions cérébrales, les plongeant dans un état d’«éveil non répondant » dit aussi  «état végétatif »: elles semblent ne plus avoir conscience de l’environnement extérieur et n’ont que des mouvements réflexes comme l’ouverture des yeux lors des phases d’éveil par exemple, qu’elles alternent avec des phases de sommeil (contrairement aux personnes dans le coma).

On distingue l’état« végétatif chronique /d’éveil non répondant» à l’état «pauci- relationnel »ou encore dit de «conscience minimale» dans lequel, les personnes réagissent aux stimulis extérieurs.

Habituellement le corps médical considère qu’entre trois mois et un an suivant les causes ayant provoqué l’état végétatif, les patients ont d’infimes chances de recouvrer un état de conscience.

Amélioration de l’état végétatif vers un état pauci-relationnel

L’étude a été réalisée sur un patient ayant subi un grave accident de la route à l’âge de 20 ans et qui était plongé depuis 15 ans dans un état végétatif chronique ou état d’éveil non répondant. Après  l’accord de la famille et du comité d’éthique, l’équipe médicale a réalisé une intervention chirurgicale ayant permis la stimulation électrique du « nerf vague ». Ce nerf crânien relie divers organes au tronc cérébral situé à la base du cerveau : les chercheurs ont identifié cette zone comme étant un siège de la conscience chez l’être humain.

Une double électrode a été implantée au niveau du cou du patient ainsi qu’un générateur d’impulsions sous la peau. Les tests ont consisté à stimuler toutes les 5 minutes et pendant 30 secondes le patient sur une période d’un mois. Après plusieurs stimulations répétées, les résultats ont été édifiants car pour la première fois depuis 15 ans, ce patient a réagi aux sollicitations extérieures : il suit à nouveau du regard, tourne lentement la tête vers la droite si on le lui demande,  écarquille les yeux si on s’approche très près de son visage, une larme a même coulé à l’écoute d’une musique qu’il aimait.

On ne sait pas encore s’il conservera les effets bénéfiques de cette électro – stimulation ni quel a été l’impact du changement d’environnement, le patient ayant été transféré de chez lui au CHU pour bénéficier des tests.

Angela Sirigu -directrice de recherche du CNRS de Lyon et co-auteure de l’étude- souhaite développer cette technique sur un plus grand nombre de patients pour confirmer les bienfaits de l’électro-stimulation du nerf vague, elle déclare ainsi : « Pour moi, le principal enjeu est de poursuivre l’amélioration, au-delà d’un état de conscience minimale, chez certains patients ».

Finalement,  on ne soupçonne pas les possibilités de récupérations que pourraient offrir les avancées de la science mais une étude de plus grande envergure permettra de confirmer si l’état végétatif ne ne sera plus à envisager systématiquement  avec fatalité.

Source :

Current biology

Le monde.fr

Image:©Wikipédia

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE