Maladies neurologiques : corriger l’activité cérébrale en temps réel avec un implant

0
1896

Pacemaker cérébral sans fil

Les maladies neurologiques sont traitées depuis plusieurs années par stimulation électrique du cerveau notamment dans la maladie de Parkinson où cette stimulation permet de réduire les tremblements.

Les techniques utilisées sont complexes : il est difficile d’ajuster à la fois la surveillance de l’activité cérébrale et d’envoyer des impulsions pour corriger les anomalies. En effet,  les différents  signaux électriques peuvent être confondus et des ajustements  pour coordonner les deux actions sont nécessaires.

Une étude parue dans la revue numérique Nature  le 31 décembre 2018 révèle que les chercheurs de la société Cortera Neurotechnologies associée à l’université de Berkeley (Californie, USA) ont réussi à mettre au point une technologie avancée de stimulation cérébrale.

Ils ont créé une puce sans fil capable à la fois de restituer l’activité cérébrale et d’envoyer un courant électrique adapté pour corriger cette activité en cas de détection d’anomalie.

Cette puce, baptisée « Wand », peut différencier l’activité cérébrale des impulsions qu’elle envoie et se reprogramme automatiquement pour délivrer la réponse adaptée au cerveau.

Les tests ont été effectués sur des singes qui ont été formés à utiliser des manettes. La puce a détecté les signaux correspondant au moment où les primates allaient manipuler la manette et a permis de ralentir leur mouvement à ce moment précis.

Cet implant n’a pas encore été testé chez l’homme mais les scientifiques envisagent de rendre la puce capable de détecter les signaux cérébraux associés aux manifestations des maladies neurologiques de sorte à ce que l’implant délivre en retour la stimulation électrique thérapeutique.

Rikky Muller, professeur assistante en sciences informatiques à l’université de Berkeley et cofondatrice de Cortera Neurotechnologies ,  indique qu’au-delà de l’enjeu thérapeutique cette puce permettra de réduire la durée et le coût des traitements des maladies neurodégénératives.

Source : https://www.nature.com

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE