Nouveau test sanguin pour détecter les traumatismes crâniens asymptomatiques

0
350

Élévation des biomarqueurs sanguins: dépister une  lésion sous- traumatique

Selon les résultats de l’étude publiée le 25 août 2019 dans la revue BMJ Pediatrics, une équipe scientifique d’Orlando Heath (Floride) a découvert que des biomarqueurs sanguins permettent de diagnostiquer l’existence d’un traumatisme crânien asymptomatique.

Cette découverte est importante car un scanner ne suffit pas à détecter tous les traumatismes crâniens et si, en apparence, des personnes ayant subi un choc à la tête semblent ne pas souffrir de séquelles, elles peuvent en développer plus tard. Détecter au mieux ce type de traumatisme permettrait de mieux le prendre en charge.

Les biomarqueurs sanguins GFAP (protéine acide fibrillaire gliale) et  UCH-L1 (ubiquitin C-terminal hydrolases) ont été mesurés chez 712 patients (adultes et enfants) pris en charge au service des  urgences de 3 centres de traumatologie. Ces patients avaient été victimes d’accidents de voiture, de chutes, d’accidents de vélo et de blessures sportives.

Les patients ont été classés en 3 groupes: patients avec commotion cérébrale, patients avec traumatisme crânien asymptomatique et patients présentant un traumatisme corporel.

Des échantillons de sang ont été prélevés à plusieurs reprises sur des patients adultes de 4 à 180 heures après une blessure. Dans les 4 heures suivant la lésion, les taux de GFAP et d’UCH-L1 ont augmenté progressivement pour les 3 groupes. L’augmentation la plus faible a été observée chez les patients subissant un traumatisme asymptomatique et la plus forte augmentation a été observée chez les patients présentant une commotion cérébrale. Comparativement aux deux groupes de contrôle, les concentrations de GFAP étaient significativement plus élevées chez les patients adultes et les enfants présentant des lésions par commotion.

Traumatismes crâniens asymptomatiques

Selon le Dr Linda Papa, médecin urgentiste chez Orlando Health (Hôpital) : « Les élévations de ces biomarqueurs dans les traumatismes crâniens asymptomatiques suggèrent une possible lésion cérébrale sous- traumatique. La GFAP pourrait être potentiellement utile pour détecter une commotion jusqu’à une semaine après la blessure.»

Les auteurs de l’étude révèlent que les élévations de la GFAP dans les contrôles de traumatisme crânien «peuvent représenter des formes de commotion cérébrale moins graves qui ne provoquent pas les signes ou symptômes typiques associés à une commotion». «Ces blessures peuvent être sans importance ou représenter un traumatisme important se situant juste en dessous du niveau de détection clinique et appelé lésion sous-traumatique … Les biomarqueurs (tels que GFAP et UCH-L1) pourraient fournir une mesure plus objective des blessures et potentiellement identifier les personnes à risque de problèmes neurocognitifs.»

Cette nouvelle étude va plus loin qu’un scanner classique et permet de révéler des blessures jusqu’à présent invisibles.

Les équipes scientifiques souhaitent développer ce test en créant des systèmes portatifs à utiliser lors de compétitions sportives, en ambulance ou dans l’armée.

Source : https://journals.bmj.com/

Image: Image parDarko Stojanovic de Pixabay

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE