Un test sanguin pour détecter les commotions cérébrales

0
488

L’Institut de recherche en santé des enfants à London et l’Université de Western  (Ontario, Canada) ont mis au point un nouveau test sanguin capable d’identifier dans 90 % des cas une commotion cérébrale chez les jeunes sportifs. Les résultats ont été rendus publics fin  2016 dans la revue Métabolomics.

Des tests préliminaires ont été établis sur 29 joueurs de Hockey âgés de 12 à 14 ans afin d’évaluer la possibilité de retourner sans risque sur le terrain .

Un prélèvement sanguin est  pratiqué dans les 72 heures suivant le choc à la tête ou au corps.

Le test consiste à analyser 174 métabolites contenus dans le sang. Il s’agit de « petites molécules qui sont les produits du métabolisme du corps » par exemple des acides aminés etc…. Les chercheurs ont comparé les métabolites présents chez 12 sportifs commotionnés à ceux présents chez 17 autres sportifs « non commotionnés ». L’étude a permis de mettre en évidence 20 à 40 métabolites suffisamment spécifiques pour révéler l’existence d’une commotion cérébrale.

Selon le Dr Douglas Fraser, consultant en médecine de soins intensifs pédiatriques à l’Institut de recherche en santé des enfants à London(Ontario), cette étude est très encourageante:«Nous avons examiné une foule de motifs et il semble que ceux qui ont souffert d’une commotion cérébrale ont un modèle très différent de ceux qui n’en ont pas souffert. »

Depuis plusieurs années, les tentatives pour déceler les commotions et les traumatismes crâniens par test sanguin n’ont pas été jugées suffisamment probantes pour être utilisées: la recherche était limitée à la recherche d’un seul  biomarqueur protéinique  que ce soit le S-100B ou la protéine  SNTF (αII-spectrin N-terminal fragment).

Il est actuellement toujours difficile d’établir le diagnostic d’un traumatisme crânien ou d’une commotion cérébrale même s’il existe des avancées au niveau de l’imagerie telles que l’IRM du Pr. Fredy ou le doppler transcrânien. Pourtant, les séquelles (maux de têtes, vertiges, , problèmes de vision, nausées etc…) bouleversent le quotidien des personnes qui en souffrent .

« La découverte d’un test sanguin qui peut aider au diagnostic de commotion cérébrale est très important», explique le Dr Fraser. « Avec d’autres recherches, nous prévoyons que notre test sanguin pourra également aider les cliniciens à prédire les conséquences des commotions… »

Les avantages de ce test : il est rapide et peu coûteux.

Cette technologie est actuellement sujette à une demande de brevet. Une nouvelle étude est en cours sur des militaires afin d’effectuer l’expérience sur un plus grand panel de patients pour valider son efficacité.

Source: Métabolomics

Image:©Pixabay

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE