Une nouvelle classification des états de conscience ?

0
1142

Le professeur Lionel Naccache, neurologue et chercheur en neurosciences cognitives à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, a publié une étude le 1er décembre 2017 parue dans la revue numérique Brain dans laquelle il propose une nouvelle classification des états de conscience.

Connaître l’état de conscience des patients

Il rappelle les différentes échelles répertoriées pour déterminer l’état de conscience du patient : le coma où les personnes ne sont ni éveillées ni conscientes, l’état végétatif caractérisé par un état de sommeil et d’éveil non répondant et l’état de conscience minimale dit état pauci-relationnel caractérisé par un état d’éveil /sommeil et des réactions à l’environnement.

Il constate que les outils de mesure de la conscience utilisés actuellement sont  peu précis.

Il propose de combiner les observations cliniques (données subjectives de l’observation des patients) avec les données de l’imagerie fonctionnelle (EEG= électroencéphalogramme, IRM…) pour mieux évaluer l’état de conscience des patients.

Cette méthode permet de diagnostiquer le fonctionnement de certaines régions du cortex cérébral.

Le Professeur Naccache propose une modification du vocabulaire médical en remplaçant  l’ « état de conscience minimale » par « état médié par le cortex » pour préciser le diagnostic.

Si la science ne permet pas encore de mesurer le degré de conscience d’une personne, préciser les termes de la classification des états de conscience altérés permettra à la fois d’obtenir un meilleur diagnostic et de définir un pronostic sur les perspectives d’évolution de l’état de santé  du patient : plus il sera diagnostiqué en « état médié par le cortex », plus il y aura de chances de recouvrer une conscience.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE