Des ultrasons pour relancer l’activité cérébrale après un coma

0
400

Après sa sortie du coma causé par un accident de la route, un jeune homme de 25 ans a bénéficié d’un traitement à base d’ultrasons pour stimuler son cerveau

En quoi consiste le traitement ?

Le dispositif “Low-intensity focused ultrasound pulsation (LIFUP)” est non invasif. De la taille d’une soucoupe de tasse de café, il est placé sur le côté de la tête afin de stimuler les neurones du thalamus en déployant une sphère d’énergie acoustique (Le thalamus est la « plateforme centrale » du traitement de l’information du cerveau).

Activé 10 fois pendant 30 secondes avec une alternance de 30 secondes de pause sur une période de 10 minutes et à une fréquence de 100 Hz, ses bénéfices ont été observés au bout de 3 jours : le patient a repris pleine conscience et une complète compréhension du langage. Il s’est mis à bouger la tête pour dire « oui » ou « non » et fait un check (mouvement du poing) pour dire au revoir au médecin.

Le Thalamus des personnes dans le coma est une zone généralement diminuée, l’état de l’homme qui présentait des signes minimes de conscience et de compréhension de la parole s’est ici rapidement amélioré. Ce dispositif utilisant des ultrasons de faible intensité pourrait donc accélérer la convalescence de patients atteints de lésions cérébrales graves.

Selon le professeur de l’UCLA, Martin Moti, principal auteur de l’expérience : «Jusqu’à présent, la seule façon d’y parvenir était une intervention chirurgicale risquée connue comme la stimulation cérébrale profonde, dans laquelle les électrodes sont implantées directement dans le thalamus ».

Néanmoins, il n’exclue pas la possibilité que cette convalescence soit spontanée et coïncide avec l’expérience.

Une étude sur un plus grand nombre de patients sera réalisée cet automne  au « Ronald Reagan UCLA Medical Center »  pour confirmer l’efficacité de cette technique. Elle présente l’avantage d’être non invasive et d’avoir un faible coût. L’appareil, s’il est commercialisé, pourrait être portable et incorporé dans un casque. Le professeur Monti espère qu’il sera efficace sur des patients en état végétatif ou en état de conscience minimale.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE