Mini  implant cérébral sans fil: administration continue de médicaments

0
81

Selon une étude publiée dans la revue La revue Nature Biomedical Engineering le 5 août 2019, une équipe scientifique américano – coréenne a inventé un mini implant cérébral capable de contrôler les circuits neuronaux à l’aide d’un Smartphone.

Les dispositifs jusqu’alors utilisés pour parvenir à une administration chronique de médicament étaient volumineux, rigides et pouvaient provoquer, à terme, une lésion des tissus cérébraux mous. De plus, ils se heurtaient à l’épuisement et l’évaporation des médicaments.

Les chercheurs ont réussi à élaborer une cartouche remplaçable qui permet d’étudier les circuits cérébraux pendant plusieurs mois. Ils ont réussi à incorporer des sondes souples et des plates-formes sans fil.

Ainsi un implant cérébral pour cobaye constitué de cartouches de médicaments « Plug and Play » délivrées au sein d’une sonde ultrafine (de l’épaisseur d’un cheveu)- contenant des micro fluides et des leds minuscules- permet d’injecter des doses de médicaments de façon illimitée et légère. L’appareil utilise des « cartouches » de médicaments remplaçables et de puissantes cartes Bluetooth. Il peut cibler des neurones pour distribuer les médicaments et la lumière de manière continue.

C’est à l’aide d’une interface de Smartphone que les scientifiques peuvent déclencher l’administration des combinaisons spécifiques de lumière ou de médicaments chez l’animal cible et ce, sans se trouver physiquement dans le laboratoire. Les chercheurs souhaitent développer cette technologie afin de mettre au point un implant cérébral pour des applications cliniques.

L’auteur principal de l’étude, Raza Qazi, chercheur à l’institut supérieur coréen de science et de technologie à l’université du Colorado indique que « le dispositif neuronal sans fil permet une neuromodulation optique et chimique chronique jamais réalisée auparavant »

Stratégies thérapeutiques pour les troubles cérébraux

Les chercheurs considèrent  que ce travail permettra d’accélérer la compréhension du fonctionnement du cerveau et des maladies cérébrales :

« Cela nous permet de mieux disséquer la base du comportement des circuits neuronaux et la manière dont des neuromodulateurs spécifiques dans le cerveau adaptent le comportement de différentes manières » « Nous sommes également désireux d’utiliser le dispositif pour des études pharmacologiques complexes, ce qui pourrait nous aider à développer de nouveaux traitements pour la douleur, la dépendance et les troubles émotionnels. »

Source : www.nature.com

Image par Pete Linforth de Pixabay

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE