Commotions: la Fédération écossaise de football va interdire le jeu de tête aux enfants de moins de 12 ans

0
215

Les enfants de moins de 12 ans auront  interdiction de faire des jeux de tête à l’entraînement en raison du risque de démence, l’annonce devrait être faite au mois de janvier 2020.

De multiples commotions chez les jeunes peuvent conduire à la démence

Le chercheurs de l’université de Glasgow ont établi que les anciens footballeurs ont 3, 5 fois plus de risques de développer une maladie neurodégénérative. Il existerait un lien entre les chocs répétés à la tête durant la jeunesse  et la déclaration de la maladie à l’âge adulte.

Un rapport dévoilé au mois de septembre 2019 démontre le risque pour les jeunes joueurs de développer des maladies cérébrales. Il existe un risque de démence dû aux multiples commotions cérébrales. Selon le rapport,  les jeunes joueurs sont plus à même de développer  une maladie de Parkinson, un Alzheimer ou une Sclérose latérale amyotrophique à l’âge adulte.

Ces derniers auront néanmoins la possibilité d’apprendre le jeu de tête avec des ballons plus légers.

Interdiction de faire des têtes au foot

Si cette mesure est adoptée, l’Écosse sera le 1er pays européen à interdire le jeu de tête aux enfants. Cette mesure existe déjà aux USA depuis 2015 suite au scandale des cas de démence dans le foot américain.

De nouvelles études sont envisagées d’une part pour confirmer le risque et d’autre part pour évaluer si la barrière de l’âge de 12 ans est suffisamment adaptée.

En France, des études sont également menées, notamment au CHU de Bordeaux,  pour évaluer la nécessite d’interdire le jeu de tête au football chez les enfants.

Sources : BBC, France info

Image:©Pixabay

articles en lien:

Impact des commotions cérébrales chez les jeunes adultes

Rugby : le protocole commotion cérébrale pour protéger les joueurs

Un dispositif pour prévenir les commotions cérébrales?

Reprise du sport après une commotion cérébrale : des lésions cérébrales asymptomatiques peuvent persister un an après…

L’encéphalopathie traumatique chronique

Rugby : le protocole commotion cérébrale pour protéger les joueurs

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE