Bébé secoué : une incidence très rare en crèche

0
267

Syndrome du bébé secoué

Une étude parue dans la revue Pediatrics le 10 novembre 2020 montre que le syndrome du bébé secoué se produit exceptionnellement en crèche.

Le syndrome du bébé secoué (SBS) est difficile à diagnostiquer. Il s’agit de maltraitances sur l’enfant : la personne ne supporte plus les cris du nourrisson et finit par le secouer pour le faire taire (une saisie manuelle du thorax du bébé sous les aisselles)… Le cerveau de l’enfant va taper contre sa boîte crânienne, ce qui va  provoquer une hémorragie et des lésions cérébrales. Le choc équivaut à un traumatisme crânien grave de l’enfant. Les conséquences peuvent être dramatiques avec des lésions cérébrales à vie à l’origine de handicaps lourds ou conduire au décès du bébé.

Le syndrome du bébé secoué appelé aussi Traumatisme crânien non accidentel par secouement, concerne 200 victimes par an, en majorité des nourrissons de sexe masculin ayant moins de 6 mois

Pour prévenir ce type de violences infantiles, les chercheurs ont voulu déterminer où ce type de violence avait lieu.

Traumatisme crânien du nourrisson

L’étude a été réalisée sur 323 enfants victimes du syndrome du bébé secoué (basé sur des dossiers médico-judicaires) sur une période de 18 ans. Ils étaient âgés de 2 mois et demi à 3 ans, ce qui correspond à la tranche d’âge des enfants gardés en crèche.

Il ressort des résultats de cette étude que 98,5% des maltraitances ont lieu dans un domicile privé : les violences se produisent au sein de la famille ou chez la nourrice. Un seul cas de maltraitance s’est produit en crèche lorsqu’une professionnelle était restée seule quelques minutes avec un bébé.

Cette étude est précieuse pour prévenir la violence intrafamiliale qui selon les statistiques, se trouve exacerbée par le confinement.

En 2017, la Haute Autorité de santé avait publié ses recommandations pour la prévention du syndrome du bébé secoué.

Si vous êtes en difficulté, appelez le 119 et parlez avec des professionnels de l’enfance.

Source: revue pediatrics

Articles en lien

Syndrome du bébé secoué : les recommandations 2017 de la Haute Autorité de Santé

Bébé secoué : un test sanguin fiable à 90% pour diagnostiquer le traumatisme

Nouveau-né : un test sanguin à l’essai pour anticiper et prévenir les lésions cérébrales

Bébé secoué : indemnisation du préjudice esthétique temporaire

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE