Commotions cérébrales : l’espoir d’une nouvelle thérapie !

0
250

Bénéfices de la méditation et yoga pour traiter les commotions cérébrales

Une étude parue le 2 novembre 2020 dans la revue Health and Well-Being a analysé l’impact de la méditation, du yoga et des interventions basées sur la pleine conscience chez des personnes ayant subi des commotions cérébrales et victimes de symptômes chroniques.

  • Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale ?

Une commotion cérébrale ou traumatisme crânio-cérébral léger est une altération du fonctionnement cérébral consécutive à un choc direct ou indirect à la tête.

Lorsque le cerveau est projeté contre le crâne et qu’il n’est pas suffisamment amorti par le liquide céphalo-rachidien, le choc peut provoquer des lésions cérébrales traumatiques légères. La commotion cérébrale peut être consécutive à un accident de la route ou à un accident de sport.

  • Quels sont les symptômes révélateurs de lésions cérébrales ?

Les conséquences peuvent être immédiatement visibles avec une perte de connaissance, une crise d’épilepsie ou crise tonique posturale ou encore se traduire par d’autres troubles tels que : des nausées, des vertiges, des vomissements, des maux de tête, des troubles  du comportement (agressivité, instabilité émotionnelle), de la mémoire, de l’équilibre, de la vue, de l’orientation, des troubles du sommeil, de la dépression, des tremblements, des problèmes de coordination des membres, des problèmes de langage…

Une commotion cérébrale unique n’entraîne, en principe, pas de séquelles durables mais elle fragilise le cerveau temporairement.

La répétition de commotions, notamment chez les sportifs, peut provoquer des hémorragies cérébrales ou le développement de maladies neurodégénératives (ex: encéphalopathie traumatique chronique).

Ces symptômes varient considérablement d’un individu à l’autre et sont difficiles à traiter. Néanmoins certaines personnes vont souffrir de symptômes chroniques.

En général, le traitement des séquelles d’une commotion cérébrale est symptomatique : le médecin prescrira des médicaments contre la migraine, contre l’anxiété, des somnifères etc.

Traitement du syndrome post commotion cérébrale

20 études ont été regroupées. Basées sur 4 bases de données, elles ont inclus des résultats pré et post exercices de méditation, de yoga et d’interventions basées sur la pleine conscience chez les personnes souffrant de lésions cérébrales acquises.

L’étude préconise de commencer par de la méditation 10 minutes par jour. De pratiquer des exercices de respiration, d’adopter des postures qui renforcent les voies cérébrales : ces techniques constituent une rééducation.

Elle prévoit même l’impossibilité de rester assis pour les blessés et d’adapter les postures de yoga avec des exercices de respiration profonde.

Une comparaison a été effectuée sur les changements apparus entre les différents groupes et au sein de ces groupes.

Une amélioration des symptômes

Les chercheurs ont constaté une réduction de l’inflammation systémique.

Une amélioration significative des symptômes a été observée par rapport aux groupes  témoins en particulier pour les personnes ayant des troubles psychologiques en ayant favorisé par ces techniques l’auto-compassion et en ayant réduit la rumination.

Les exercices ont également diminué des problèmes de santé physique, amélioré les performances cognitives et la qualité de vie.

Les symptômes qui se sont le plus amélioré sont la fatigue et la dépression. Ce résultat est homogène dans toutes les études.

Conclusion :

Ces méthodes permettent de soulager progressivement les symptômes du syndrome post commotion cérébrale.

L’avantage de ce traitement est qu’il ne présente pas d’effets secondaires.

Le traitement des commotions cérébrales par la méditation le yoga et les exercices de pleine conscience pour traiter les symptômes chroniques liés aux commotions cérébrales offrent ainsi un grand espoir dans la prise en charge des blessés.

Cependant comme pour de nombreuses études, de nouveaux tests assez rigoureux devront être réalisés pour faire progresser les applications cliniques et explorer les voies mécanistiques.

Source : iaap-journals.onlinelibrary.wiley.com

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE