Nouveau-né : un test sanguin à l’essai pour anticiper et prévenir les lésions cérébrales

0
670

Gènes caractéristiques du développement de lésions cérébrales

Une étude parue dans  la revue Nature le 4 août 2020 publie  les recherches de scientifiques de l’Imperial College London qui ont élaboré un test de diagnostic sanguin des lésions cérébrales sur des nouveaux nés ayant souffert d’une privation d’oxygène.

Certains nouveaux nés peuvent souffrit d’une asphyxie in-utéro, à la naissance ou immédiatement après , particulièrement lorqu’un accouchement a été long. La privation d’oxygène peut alors avoir des conséquences dramatiques chez le bébé provoquant des lésions cérébrales qui se traduisent par une paralysie cérébrale, une épilepsie, une cécité, une surdité voire le décès. Selon l’étude, l’incidence est de  2 à 3 pour 1000 naissances dans les pays à revenus élevés et de 10 à 20 pour 1000 naissances dans les pays à faible et moyen revenus.

Lésion cérébrale

Les chercheurs ont voulu comprendre quels bébés présentaient le plus de risques de présenter  des lésions cérébrales afin de pouvoir anticiper leur prise en charge et de limiter les séquelles.

Ils ont effectué une prise de sang sur 45 bébés qui avaient été privés d’oxygène à la naissance et ce, dans les 6 heures, afin d’identifier ceux qui étaient le plus exposés à des complications neurologiques. Les bébés ont été suivis pendant 18 mois. Les chercheurs ont comparé, par séquençage génétique, les gênes qui s’exprimaient  et ceux qui étaient mis en veille à la fois chez les bébés qui avaient des troubles neurologiques et chez ceux qui n’en avaient pas.

Résultat : 855 gènes se sont exprimés différemment dans les 2 groupes, 61% de ces gènes se sont  sur-exprimés et 38% sous exprimés. 2 gènes en particulier étaient plus significatifs ( RGS1 et SMC4).

Prise de sang pour déterminer les lésions cérébrales : un outils prometteur

Les chercheurs ont l’espoir, en étudiant ces  gènes de comprendre les mécanismes biologiques à l’origine des lésions cérébrales et d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. En effet, ils observent que même les bébés ayant bénéficié d’une hypothermie thérapeutique pouvaient être  atteints de lésions cérébrales à long terme. Ils en ont conclu à la nécessité d’identifier de nouvelles  stratégies neuro-protectrices.

Cette étude prometteuse va être réitérée sur un plus grand nombre de bébé afin de mieux cibler tous les gènes concernés et instaurer des thérapies complémentaires.

Source: Nature

articles en lien:

Un nouvel outil de détection des lésions cérébrales pour les bébés prématurés

Nouveau: diagnostic neurologique des bébés grâce aux ultrasons

Bébé secoué : un test sanguin fiable à 90% pour diagnostiquer le traumatisme

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE